« Les supermarchés coopératifs et participatifs » peuvent-ils à l’inverse bénéficier d’une forme de « monopole local » ? (détail ici)

Bien sur que non : a) parce que c’est contraire à leur éthique, b) parce que ça n’a pas de sens : ces coopératives ne sont ouvertes qu’à leurs coopérateurs, un monopole s’exercerait aussi à l’égard de « non coopérateurs ».

Ou les services de la coopérative sont appréciés de ses coopérateurs et elle vivra, ou ils ne le sont pas ou pas assez, et elle disparaîtra : son utilité sociale étant nulle. Un éventuel « monopole local » ne changerait rien.

Indépendamment de ça, il est possible qu’une collectivité territoriale aide à passer un cap difficile en octroyant des facilités, mais certainement pas par l’établissement, fut-ce temporaire, d’une forme de « monopole local ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *